Discours du Président Zine El Abidine Ben Ali à l'ouverture de la campagne électorale présidentielle et législatives

Le Kram 10 octobre 2004


Au Nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux

Citoyennes,
Citoyens,

Partout sur le sol de ce pays paisible et à l'extérieur de la patrie, Nous ouvrons, par la grâce de Dieu, la campagne pour les élections présidentielle et législatives, nous renouvelons notre rencontre et renouvelons notre engagement, cet engagement que nous avions pris envers nous-mêmes, au service de la Tunisie, au service de sa gloire et de son invulnérabilité, au service de sa promotion et de son progrès. C'est tous ensemble que nous renouvelons notre engagement au service de la patrie.

C'est pour cette patrie que nous avions entrepris l'action de salut à l'aube du Changement, rendu au peuple sa souveraineté et redonné à la république et à ses institutions, leur prestige.

C'est également pour elle que nous avions fondé le projet du Changement sur les principes de réforme et de modernisation, ouvrant ainsi une ère de construction, de réalisation et d'acquis; une ère pour la construction d'un avenir meilleur pour nos générations à venir.

Notre peuple, avec toutes ses femmes et tous ses hommes, de toutes générations, qu'ils soient travailleurs intellectuels ou manuels, agriculteurs ou marins, ou encore hommes d'affaires, a été au rendez-vous, adhérant au processus que nous avons engagé et aux choix que nous avons définis en chaque étape.

Nous avons misé sur la maturité de ce peuple et avons gagné le pari.

Et c'est avec détermination et résolution que nous avons persévéré dans nos initiatives, nos actions et nos réalisations. Les Tunisiennes et les Tunisiens ont démontré, pour leur part, l'aptitude de notre peuple et la richesse de ses potentialités.

Depuis le Changement, nous avons accompli, pour la Tunisie, des réalisations qui ont changé profondément sa situation dans tous les domaines de l'existence, en multipliant par cinq le Produit Intérieur Brut et en renforçant la crédibilité de notre pays dans son environnement extérieur.

L'endettement a, pour sa part, régressé, tandis que le taux d'inflation était réduit à 3%, alors qu'il dépassait le double auparavant.

Le secteur de l'exportation a connu un nouveau dynamisme et le revenu par habitant a plus que triplé.

Nous avons réalisé l'objectif que nous nous étions fixé en 1999, dans notre Programme pour l'avenir, en dépassant, en 2004, le niveau de 3.500 dinars pour le revenu moyen par tête.

Nous avons ouvré avec détermination et persévérance à promouvoir la qualité de vie du citoyen, dans les villes comme dans les zones rurales et partout ailleurs.

La structure de la société tunisienne s'est modifiée, le taux de croissance démographique a été ramené à 1,08 %, en moyenne, alors qu'il était supérieur au double en 1987. Les conditions de santé se sont améliorées, ainsi que les conditions de vie, l'espérance de vie à la naissance atteignant 73 ans, contre 67 ans seulement au début de l'ère du Changement.

Le nombre des étudiants a été multiplié par six, portant le taux d'inscription dans l'enseignement supérieur à 26,4 %, pour la tranche d'âge de 20 à 24 ans. Nos collèges et nos lycées secondaires accueillent, aujourd'hui, plus d'un million cent mille élèves, alors qu'ils étaient seulement 420.000.

Tout cela grâce aux réformes que nous avons entreprises en vue de promouvoir notre système éducatif, d'améliorer son rendement, de mettre à niveau ses institutions et de mettre fin aux phénomènes négatifs, tels que les interruptions scolaires et la faiblesse des taux de réussite.

Nous nous sommes également employés, au moyen de ces réformes, à consolider, en nos jeunes, les attributs de notre identité nationale, et à asseoir leur maîtrise des connaissances de leur temps, ainsi que des sciences et technologies, en vue de gagner le pari de la modernité.

Et si la part des dépenses et transferts sociaux dans le budget de l'Etat a représenté 44% en 1986, elle atteint, aujourd'hui, 53,5%, ce qui reflète notre pari sur l'être humain. Nous nous sommes, en effet, préoccupés de porter nos efforts sur les secteurs de la santé, de l'enseignement, de la formation, de la recherche, de l'emploi et sur les divers programmes sociaux.

Aujourd'hui que le taux de couverture sociale a atteint 86% alors qu'il était auparavant de 54,6%, que le rythme des créations d'emplois s'est accéléré et que le taux d'activité des femmes a augmenté, toutes les conditions sont réunies pour réaliser le saut qualitatif souhaité pour notre pays, afin que notre peuple poursuive sa marche réussie qui l'a hissé, en un temps relativement court, au rang des pays émergents.

La période écoulée a été, sur le plan international, pleine de difficultés et de défis, auxquels se sont ajoutés, au plan local, des conditions climatiques défavorables, puis des prix du pétrole excessivement élevés sur le marché mondial et un ralentissement de l'investissement extérieur, du fait de ces divers facteurs.

Le début de ce nouveau siècle a été marqué par des mutations et des évènements majeurs qui ont eu des retombées profondes sur la situation mondiale, à tous les niveaux, bouleversant totalement l'ordre mondial établi et influant sur ses dimensions civilisationnelles et religieuses.

Leur gravité a été accentuée par les formes nouvelles prises par les actes de violence et le terrorisme, mettant profondément en péril les liens de coopération et de solidarité entre les Etats et les peuples, et leurs relations de dialogue et de compréhension réciproque.

Malgré ces circonstances et ces difficultés, notre pays a réussi, tout au long des cinq dernières années, à préserver ses équilibres, à résister aux variations économiques mondiales, et à reprendre son élan vers un surcroît de développement et de progrès et la réalisation de meilleurs résultats. Nous avons même réussi, grâce à la pertinence de nos choix, à réaliser à 100% les divers points de notre Programme électoral que nous avions présenté aux électeurs, en 1999.

Nous avons tenu les promesses que nous avions faites à notre peuple, et poursuivi la progression sur le chemin du bien-être et de la prospérité. Ainsi, les augmentations des salaires ne se sont pas interrompues, de par notre attachement à préserver notre option en faveur du consensus social et de la politique contractuelle, qui a fait de notre pays un modèle unique, malgré les circonstances et les difficultés que je viens d'évoquer.

Notre réussite a été aussi obtenue grâce au degré de prise de conscience de notre peuple, de ses filles et de ses fils, de nos organisations nationales - patronat, agriculteurs, marins et travailleurs intellectuels et manuels-, à leur sens de la responsabilité et à leur attachement à mettre en avant l'intérêt supérieur de la patrie.

Citoyennes,
Citoyens,

Les élections présidentielle et législatives du 24 octobre constituent une occasion privilégiée pour faire connaître les programmes électoraux des partis politiques, leurs orientations et leurs choix. Elles sont aussi une occasion propice au travail et au ralliement de nouveaux partisans, à la faveur du climat démocratique pluraliste que nous nous sommes attachés à instaurer et à renforcer, en garantissant la pluralité des candidatures à la présidence de la République et en consacrant le pluralisme politique au sein de la Chambre des Députés.

Ces élections auxquelles nous avons assuré toutes les garanties de transparence et de sincérité et donné à tous ceux qui, parmi les pays frères et amis, désirent en suivre les différentes étapes, la possibilité de le faire, offriront à tous, une fois de plus, l'opportunité de faire preuve d'une attitude hautement civilisée, dans le contexte des principes du comportement démocratique.

Tout en remerciant, de nouveau, tous ceux qui - organisations nationales, composantes de la société civile et partis politiques -, ont soutenu notre candidature et exprimé leur profonde confiance en nos choix et leur adhésion à nos orientations, nous sommes confiants qu'ils seront du meilleur soutien pour la réussite de ces élections. Au premier rang de ces structures et organisations, se situe le Rassemblement Constitutionnel Démocratique, ce parti dont nous avons l'honneur d'assumer la présidence; ce parti qui a présenté notre candidature à ces élections, le parti du militantisme et de la gloire, le parti du Changement et de l'ambition; ce parti si riche en compétences et en ressources - femmes et hommes - au service de cette patrie si chère à nos cours, partout où ils se trouvent.

Nous sommes confiants que le Rassemblement Constitutionnel Démocratique, notre glorieux parti, sera au rendez-vous avec les aspirations de notre peuple et ses attentes pour l'avenir.

Citoyennes,
Citoyens,
C'est pour cette Tunisie chère et inexpugnable que nous travaillons et que nous acceptons les sacrifices, et c'est pour la Tunisie de demain, pour ses jeunes et ses générations futures que nous avons élaboré notre Programme électoral 2004-2009, qui est notre programme pour la Tunisie de demain.

Nous l'avons conçu comme un programme d'étape; et aussi comme un programme préparant les étapes ultérieures et ouvrant des horizons nouveaux pour la Tunisie, pour l'avenir de ses jeunes générations.

Cette Tunisie avancée que nous voulons cohérente dans sa construction, au tissu social développé, enracinée dans la modernité et maîtrisant les technologies nouvelles, les nouveautés scientifiques et les industries nouvelles et innovantes.

Nous bâtissons le présent et préparons l'avenir, nous réalisons et préparons de nouvelles réalisations, en ouvrant la voie devant nos générations futures.

Notre Programme est puisé dans ses orientations et ses choix, dans l'esprit de réforme et de modernisation et dans la nouvelle Constitution du pays. Ses constantes et ses principes dérivent des constantes et principes de la République et des valeurs de l'Etat de droit, l'Etat de la liberté, de la sérénité et de la justice.

Notre Programme, ses concepts et ses éléments constituent des jalons solides sur la voie de la construction de la société du savoir, de la mise en place de l'économie nouvelle et de la libération de l'initiative, avec un soutien accru à l'emploi, qui reste notre priorité constante, la stimulation de la création d'entreprises et de l'accès aux marchés extérieurs.

Notre Programme est au service de nos choix stratégiques.

C'est un Programme pour tous, parce que c'est un programme pour la qualité de la vie et le bien-être, un programme pour le renforcement de l'égalité et l'effectivité des droits de la femme, un programme pour la jeunesse et l'enfance, un programme pour toutes les catégories.

C'est un Programme qui renforce la classe moyenne et ses acquis et soutient les catégories aux besoins spécifiques, un programme pour les filles et les fils de la Tunisie, installés à l'étranger, donnant la meilleure place à toutes nos nobles valeurs, celles du travail, de la solidarité, de la modération et de la tolérance.

Ces élections présidentielle et législatives interviennent alors que la Tunisie se trouve à une étape qui l'habilite avec mérite à rejoindre le cortège des pays développés et des économies modernes.

Nos acquis, nos réalisations et tous les indicateurs de progrès confortent notre optimisme et renforcent notre volonté d'atteindre cet objectif suprême, celui de rejoindre les pays avancés, pour notre peuple, pour la gloire de notre patrie et pour le bien-être de ses générations actuelles et futures.

Nous présentons aujourd'hui notre Programme pour la Tunisie de demain. Avec ce programme, et ses 21 points, nous inaugurons une ère nouvelle en matière de réalisations et d'actions, ouvrant à la Tunisie des horizons nouveaux et posant, à travers ces points, 21 jalons sur la voie de la construction de l'étape à venir, afin qu'elle soit une étape décisive dans la préparation de la Tunisie de demain.

Citoyennes,
Citoyens,

Nous considérons l'emploi comme notre priorité constante. C'est dans ce cadre que nous avons défini, dans notre Programme, les outils destinés à le promouvoir et les mesures pour le stimuler. Nous nous sommes attachés à encourager l'initiative individuelle et l'emploi virtuel, à identifier les métiers nouveaux et à assurer la sauvegarde du savoir-faire artisanal.

Nous avons pu réaliser, au cours de ces cinq dernières années, des progrès notables dans la résorption de la demande additionnelle d'emploi, en créant 350.000 emplois, soit une moyenne de 70.000 emplois nouveaux par an; le taux de chômage a ainsi diminué de deux points, pour tomber, pour la première fois dans notre pays, à 13,9%. Ceci ne nous a pas empêchés de placer de nouveau l'emploi à la tête des priorités de notre Programme, afin de réaliser une meilleure adéquation entre l'évolution de la structure du marché de l'emploi et l'augmentation de la proportion des diplômés du supérieur, d'une part, et la croissance de l'économie nationale et de la structure de ses différents secteurs, d'autre part.

A travers ce Programme, nous avons projeté d'élever le plafond des crédits de la Banque tunisienne de solidarité et celui des crédits d'investissement au profit des diplômés du supérieur, de simplifier les formalités de création d'entreprises et de généraliser à tous les gouvernorats les mécanismes d'encadrement et d'appui.

Nous avons renforcé cette option, en adoptant des programmes pratiques pour élever encore plus le niveau de notre système éducatif, à l'ensemble de ses niveaux, et l'habiliter à atteindre les indicateurs des systèmes éducatifs les plus performants dans le monde, tant aux niveaux de l'encadrement, du rendement et des conditions d'études et de leur qualité, qu'à celui de l'efficacité de la recherche scientifique, de la complémentarité entre le système éducatif et son environnement socio-économique, et son enracinement dans notre identité et notre culture nationales.

C'est pourquoi nous nous proposons de généraliser, avant la fin de l'année 2009, l'année préparatoire et d'atteindre le ratio d'un ordinateur par classe, dans tous les cycles de l'enseignement scolaire, avant cette date. Nous nous proposons également de préparer nos universités et de créer de nouvelles institutions dans toutes les régions afin de répondre à nos besoins en matière d'enseignement supérieur, le nombre d'étudiants devant dépasser un demi-million en 2009.

Nous ouvrerons, également, à gagner le pari de la qualité au niveau de la formation professionnelle dont nous nous proposons de faire évoluer le système de financement, de manière à ce qu'il puisse répondre aux besoins de l'économie, et à renforcer ses rapports avec le monde de l'entreprise, d'une part, et avec le système éducatif, d'autre part.

Convaincus du rôle de la recherche scientifique dans la construction de la société du savoir, le renforcement du processus de développement et l'ouverture de nouveaux horizons devant nos compétences pour la création et l'innovation, nous sommes déterminés à élever la part de la recherche scientifique et technologique à 1,25% du PIB à la fin de l'année 2009, en accordant une place plus grande au secteur privé dans ce domaine, et ce après que nous avons réalisé l'objectif, fixé dans notre Programme pour l'avenir, de porter ce taux à 1%.

Citoyennes,
Citoyens,

Le plus grand défi de la prochaine étape résidera dans l'accélération du rythme de création d'entreprises dans tous les secteurs et, tout particulièrement, dans le domaine des services et des industries innovantes et porteuses. C'est pour cela que nous en avons fait un point fondamental de notre Programme, afin de mieux stimuler l'emploi, la compétitivité et l'insertion dans l'économie mondiale, et de faire réussir le processus de partenariat avec les diverses parties avec lesquelles nous entretenons des relations économiques.

Notre objectif est de créer 70.000 entreprises où projets nouveaux au cours des cinq prochaines années; nous nous proposons, à cet effet, d'accorder des facilitations accrues à l'initiative privée, en abaissant à 1.000 dinars le capital minimum légalement exigé pour la création d'entreprises à responsabilité limitée. De même, nous envisageons de créer une banque spécialisée en matière de financement des petites et moyennes entreprises, pour aider ces entreprises à obtenir des crédits.

A côté de l'effort tendant à créer une génération d'entreprises innovantes, nous avons décidé de renforcer les incitations et les encouragements au profit des entreprises exportatrices, auxquelles il sera permis de conserver la totalité des devises étrangères provenant de leurs opérations d'exportation. Nous augmenterons, également, l'allocation au titre des voyages d'affaires et l'allocation de voyages au profit des promoteurs de projets nouveaux.

En plus de l'importance accordée à la culture de la qualité et à l'augmentation du nombre de nos entreprises titulaires de la certification de conformité aux normes internationales, nous nous sommes fixés pour objectif pour l'année 2009 d'élever le taux d'encadrement national à 17%.

Afin que toutes les régions du pays puissent avoir les mêmes chances de bénéficier de cet effort national, nous nous proposons de créer un centre d'affaires dans chaque gouvernorat, regroupant toutes les structures de soutien et d'encadrement et pouvant fournir les renseignements voulus au promoteur et à l'entreprise, depuis les étapes préalables à la création du projet, jusqu'à l'étape du financement et de la réalisation effective.

L'économie du savoir étant une composante essentielle de l'économie nouvelle dont nous ouvrons à asseoir les fondements, nous nous emploierons à intégrer notre pays dans la carte mondiale de l'économie de l'intelligence et à attirer vers la Tunisie les investissements extérieurs dans ce domaine, en nous appuyant pour cela sur la richesse et la compétence de nos ressources humaines dans tous les domaines.

Nous nous proposons de faire progresser la couverture du réseau téléphonique afin qu'elle atteigne 80 % en 2009.

D'un autre côté, nous avons décidé, dans notre Programme, de supprimer progressivement les redevances d'abonnement au réseau téléphonique, de construire avec l'étranger un réseau électronique de plus forte capacité et de généraliser le haut débit au bénéfice des abonnés, qu'il s'agisse d'individus ou d'entreprises.

Nous nous sommes également fixés pour objectif d'atteindre le chiffre d'un million d'ordinateurs dans notre pays en 2009.

Dès lors que nous ouvrons à réaliser un taux de croissance plus rapide et une insertion plus grande dans l'économie mondialisée, nous nous proposons de redoubler d'effort, dans le cadre des constantes de l'action de développement et en premier lieu l'interdépendance des volets économique et social, en vue de maîtriser l'inflation de manière à la maintenir dans les limites de 3 %; nous en ferons de même pour le déficit courant de la balance des paiements, afin qu'il ne dépasse pas 2,5% du PIB, tout en continuant de réduire le taux d'endettement, pour préserver l'avenir de nos générations futures.

Nous nous emploierons aussi à alléger la pression fiscale et les charges sur l'entreprise, à réduire les taux de taxation sur les marchandises à forte imposition et à réaliser progressivement la convergence entre le régime qui régit les entreprises totalement exportatrices et le régime des entreprises orientées vers le marché intérieur.

Nous voulons que la Tunisie devienne un centre mondial pour le commerce et les services, afin de renforcer son aptitude à s'insérer dans son environnement international et de conforter sa position dans les marchés mondiaux.

Voilà pourquoi nous avons inscrit, parmi les points essentiels de notre Programme électoral, la promotion des systèmes bancaire et financier et l'orientation des réformes monétaires vers la convertibilité totale du dinar.

Nous avons la ferme détermination d'élever les services bancaires au niveau des normes internationales. Nous ouvrerons également à asseoir la banque électronique (e-banque) et à renforcer les incitations et les mécanismes en vue d'augmenter le nombre des entreprises cotées en bourse.

Nous accorderons également notre attention dans notre progression vers la convertibilité totale du dinar, aux professions libérales et aux exportateurs de services divers.

Dans le cadre de notre choix en faveur de la solidarité, et de notre sollicitude constante envers les catégories à revenu modeste, nous nous proposons de relever le plafond de l'abattement de l'assiette de l'impôt sur les salaires au bénéfice des titulaires du salaire minimum garanti.

Citoyennes,
Citoyens,

L'une des conditions de la modernité et de la construction de l'économie nouvelle réside dans une infrastructure évoluée dans tous les domaines. Nous avons, dans ce cadre, accordé, depuis le Changement, un intérêt élevé à ce domaine; ce qui a permis à l'économie nationale et à l'activité sociale de réaliser un grand saut qualitatif.

Nous avons la ferme détermination d'ouvrir à la Tunisie de nouvelles perspectives dans ce domaine, afin de la préparer pour les prochaines décennies, de l'habiliter au mieux à répondre aux exigences du progrès et des transformations attendues au niveau de sa structure sociale et démographique et de son développement urbain, et afin aussi de sauvegarder son environnement et de renforcer les conditions de nature à garantir la qualité de la vie pour ses générations futures. Nous avons, envers ces générations, le devoir de préparer le terrain à une infrastructure moderne et aux fondements solides, tant à travers l'aménagement urbain qu'au moyen du renforcement du réseau des routes et autoroutes, et la garantie de la fluidité de la circulation entre les régions et les villes et à l'intérieur de celles-ci.

Au nombre des dossiers stratégiques qui seront soumis à l'étude au cours de la prochaine période figurera l'élaboration d'un plan clair pour le développement du réseau d'autoroutes et de voies rapides qui puisse répondre aux exigences de l'économie nouvelle, dans le moyen et le long termes.

Ayant ouvré, depuis le Changement, à consolider notre sécurité alimentaire et à améliorer la situation des agriculteurs en réalisant dans ce domaine d'importants acquis et réalisations, nous avons aujourd'hui la ferme volonté de moderniser davantage ce secteur et de relever sa productivité et sa compétitivité, de manière à continuer d'améliorer le revenu des agriculteurs et à consolider le rôle de l'agriculture dans le processus de développement, nos priorités dans ce domaine étant de remporter de grands enjeux, et en premier lieu celui du dessalement des eaux et de l'acquisition des technologies nécessaires à cette fin.

Le deuxième enjeu est celui de la maîtrise des technologies de production des semences et des plants sélectionnés et leur diversification, et de la protection du patrimoine national agricole et animalier.

Le troisième enjeu est celui de la qualité et de l'introduction de la gestion moderne dans ce secteur.

Quant au quatrième, il concerne le développement des nouveaux domaines tels que l'agriculture biologique, l'élévation du secteur de la pêche et de la pisciculture au niveau souhaité, la protection du sol contre l'érosion, le renforcement de la lutte contre la désertification et l'exploitation des ressources que recèlent les zones sahariennes.

Nous ouvrerons, à travers la nouvelle structure de la production agricole, à réaliser 50% de cette production dans les zones irriguées, à créer une nouvelle génération de grands barrages et à mettre en place un réseau de liaisons entre les barrages, en plus de la généralisation des techniques d'économie de l'eau, l'augmentation de la production biologique dans la proportion de 200% à l'horizon 2009, et la réalisation d'une meilleure compétitivité de nos produits agricoles.

Citoyennes,
Citoyens,
Nous avons concentré notre attention, depuis le début du Changement, sur la réforme de l'administration, la modernisation de ses législations et la simplification de ses formalités et procédures; nous avons veillé à faire évoluer ses services et à les rapprocher du citoyen, afin qu'elle soit à son service et au service de l'action de développement.

Nous sommes résolus à poursuivre cet effort, afin que l'administration soit au diapason de l'économie nouvelle et réalise l'insertion dans la société du savoir et le monde des réseaux de la communication et de l'information.

Nous vivons une époque de services rapides et d'interaction efficace avec leurs usagers, et pour que disparaisse le phénomène des longues files d'attente au niveau de certaines prestations administratives, nous fixerons à l'Administration des délais précis pour répondre aux requêtes des citoyens; nous élargirons d'ici à 2009 les services du Médiateur Administratif à l'ensemble des gouvernorats; nous développerons également les prestations administratives fournies à distance aux citoyens comme aux entreprises. Nous avons pris pour objectif, dans ce programme, de remplacer, avant la fin de l'année 2009, 90% des autorisations par des cahiers de charges.

L'un de nos choix fondamentaux est de relever le niveau de vie du citoyen, de préserver la part élevée que représentent les catégories moyennes dans notre société et de renforcer les conditions assurant la promotion sociale pour tous.

C'est ce que nous continuerons de nous employer à renforcer afin que les indicateurs de la qualité de vie en Tunisie soit au niveau de ceux des sociétés développées. Dans ce cadre, nous mettrons en place de nouveaux moyens de financement, en vue de mettre le logement à la portée des titulaires de revenus moyens.

Dans le but de consolider ces mécanismes, nous avons inclus dans notre Programme, l'élargissement des catégories ayant accès aux financements accordés pour les logements sociaux, à tous ceux dont le salaire ne dépasse pas un plafond de mille dinars par mois.

Nous nous emploierons, aussi, à atteindre un taux de couverture sociale effective de 95 %, en 2009, et à réaliser une couverture sanitaire plus large et des services de santé de meilleure qualité.

Dans le cadre de notre attachement à relever de manière régulière le pouvoir d'achat du citoyen, et afin que l'économie nationale, avec tous ses indicateurs, occupe une position plus élevée parmi l'ensemble des pays du monde, nous avons fixé, pour l'étape à venir, un nouvel objectif consistant à porter le revenu moyen par habitant à 5000 dinars, en 2009.

Dans le même temps, nous ouvrerons à garantir une meilleure protection du consommateur et à assurer l'harmonisation entre les normes nationales en matière de sécurité sanitaire et les normes européennes, afin de renforcer la compétitivité de l'économie nationale.

La période à venir sera marquée, également, par un effort accru pour la promotion de nos villes, afin qu'elles soient dignes du siècle nouveau; des villes pour une société évoluée; des villes faites pour le travail, les industries de l'intelligence et la société du savoir; des villes pour le bien-être et l'activité culturelle et sportive; des villes belles et propres. Nous nous attacherons, également, à travers les programmes de développement des villages et des zones rurales, à élargir le cadre de la qualité de la vie afin qu'il soit global et cohérent, profitant à tous les habitants et jetant les bases du développement durable.

Nous ouvrons en faveur de la qualité de la vie et d'un environnement sain, nous sommes soucieux d'exploiter au mieux l'espace territorial et de diffuser une culture urbanistique et environnementale contribuant à consolider les fondements de la vie décente, à promouvoir l'esthétique urbaine et l'hygiène du milieu, comptant en cela sur la stimulation du partenariat avec les composantes de la société civile.

Citoyennes,
Citoyens,

La solidarité est, pour nous, une valeur civilisationnelle et morale, en même temps qu'un lien social.

Nous avons ouvré à aiguiser l'esprit de solidarité des Tunisiennes et des Tunisiens, à travers nos initiatives successives qui ont concerné les zones d'ombre, par la création du Fonds 26-26, nous avons d'un autre côté renforcé le rythme de création de petits projets et de sources de revenu, à travers la création de la Banque Tunisienne de Solidarité et l'instauration du système de micro-crédits, et consolidé les aptitudes de notre pays en matière d'emploi, à travers le Fonds 21-21.

Ces instruments constituent, aujourd'hui, avec les autres structures déjà existantes, un réseau national de solidarité qui est à la fois cohérent dans ses composantes et diversifié dans ses interventions. A la faveur de ces traditions nouvelles, nous avons bâti une culture de solidarité qui est, aujourd'hui, du meilleur soutien aux efforts de l'Etat.

Nous continuerons dans cette voie pour que la période à venir soit celle du développement du partenariat avec la société civile, dans ce domaine, et du renforcement du rôle de la solidarité dans la réalisation de la stabilité et le raffermissement des fondements du développement intégral et durable.

Dans le but de consolider le système d'aides et les divers mécanismes et programmes d'encadrement des travailleurs licenciés, et de faciliter leur réinsertion dans le circuit économique, nous avons prévu, dans notre Programme, de créer un nouveau type de contrats d'encadrement des travailleurs licenciés pour raisons économiques: le contrat de réinsertion dans la vie professionnelle.

Nous nous emploierons, également, à promouvoir les catégories aux besoins spécifiques, en passant du stade de l'assistance à celui de l'intégration, à travers la promulgation d'une nouvelle loi d'orientation pour la promotion des porteurs de handicaps, leur protection et l'aide à leur intégration dans la vie économique et sociale.

Citoyennes,
Citoyens,

La femme est, aujourd'hui, un partenaire à part entière dans la société, bénéficiant de chances égales à celles de l'homme, assumant des responsabilités dans la vie publique et contribuant à l'ouvre de développement, aux divers domaines de la créativité, de l'innovation, de la production culturelle et de la diffusion de nos valeurs civilisationnelles.

Présente politiquement dans des proportions notables, puisqu'elle représente 11,5% des membres de la Chambre des députés, 20,6% des membres des Conseils municipaux et 16% de ceux du Conseil Economique et Social, la femme est, également, présente dans tous les domaines professionnels et sociaux, ce qui illustre clairement le degré d'amélioration de la situation de la femme en Tunisie, puisqu'elle représente 50% du corps enseignant dans l'enseignement de base et l'enseignement secondaire, 42% dans les professions médicales, et 40% du corps enseignant du supérieur. Elle représente aussi 32% des ingénieurs, 31% des avocats et 27% des magistrats.

Nous continuerons à renforcer sa présence dans tous les secteurs de l'économie et les divers domaines de la vie publique, ainsi que dans les hautes fonctions et les postes de décision et de responsabilité.

Pour que la femme puisse avoir des possibilités plus grandes de concilier entre sa vie familiale et sa vie professionnelle, nous avons, dans notre Programme électoral, prévu un régime spécial au profit de la mère lui permettant, si elle le désire, de travailler à mi-temps et de percevoir les deux-tiers de son salaire, tout en conservant la plénitude de ses droits à la retraite et à la couverture sociale, sans compter l'amélioration de tout ce qui touche à l'environnement du travail et de la vie familiale de la femme, dans ses divers aspects.

Nous avons accordé à la jeunesse une place privilégiée, tant nous sommes convaincus qu'elle constitue le fondement pour la construction de l'avenir. Nous avons, de la sorte, constamment veillé à être à l'écoute de leurs préoccupations, et organisé des consultations nationales périodiques les concernant.

Nous avons fait de la jeunesse un pivot essentiel de toutes nos politiques, renforçant sa participation à la vie publique et sa présence au sein des institutions de la république, des différentes structures et du tissu de la société civile.

Tel est notre choix et nous continuerons d'ouvrer dans la même voie, afin d'améliorer la condition des jeunes dans tous les domaines, en concentrant tout particulièrement nos efforts sur la réalisation d'une infrastructure rénovée pour les jeunes dans tous les gouvernorats.

C'est pourquoi nous avons inclus dans notre Programme l'augmentation du budget de la culture, de la jeunesse et des loisirs, afin qu'il atteigne 1,5 % du budget de l'Etat en 2009, et l'affectation de 50 % du montant additionnel au financement de projets d'infrastructure destinés aux activités de la jeunesse.

Afin que les jeunes diplômés des divers niveaux de l'enseignement supérieur et des centres sectoriels de la formation professionnelle ne se retrouvent pas sans couverture sanitaire, après l'achèvement de leurs études et pendant la période de recherche d'un emploi ou de préparation de la création d'un projet, nous avons décidé d'assurer une couverture sanitaire pour les diplômés durant l'année qui suit l'obtention du diplôme.

Les Tunisiens à l'étranger sont le prolongement civilisationnel de la Tunisie, en même temps qu'un soutien pour son développement. Nous les avons entourés de toute notre sollicitude, suivant attentivement leurs préoccupations et leur situation, ouvrant à protéger leurs droits dans les pays d'accueil et à les consolider aux niveaux des textes et de la pratique, développant sans cesse les canaux de contact avec eux et les programmes d'enseignement de la culture nationale et de la langue arabe, conçus à leur intention, encourageant leurs activités associatives et intéragissant à leurs travaux et leurs ouvres de créativité et de production culturelle.

La Tunisie attend beaucoup de ses filles et de ses fils à l'étranger, pour qu'ils soient du meilleur soutien à son développement et donnent d'elle la meilleure image. Nous voyons, en eux, un pont civilisationnel entre le sol de la patrie et chacun de leurs pays de résidence. Et c'est bien ce que nous ouvrons en permanence à consolider et à continuer de parfaire, à chaque étape, puisque constituant l'une des constantes du Changement et l'un de nos choix fondamentaux.

C'est pourquoi nous proclamons notre volonté de faire représenter notre colonie à l'étranger, au sein de la Chambre des Conseillers, afin de dynamiser sa participation à assumer les responsabilités de la chose publique, aux côtés des autres composantes de notre peuple et de ses diverses catégories.

Au cours de la période à venir qui sera marquée par le parachèvement du processus du partenariat avec l'Europe, nous ouvrerons pour que les Tunisiens à l'étranger fassent partie intégrante de notre approche en matière de partenariat avec l'Union Européenne, afin que l'évolution de son processus à chaque étape, marque un changement positif en leur faveur.

Citoyennes,
Citoyens,

Notre principe permanent est que la culture constitue un appui au Changement. Nous avons la ferme conviction qu'il ne peut y avoir de progrès sans une culture solidement enracinée dans notre passé civilisationnel, consolidant l'identité et les attributs de la personnalité tunisienne, et capable d'apporter une contribution enrichissante au patrimoine universel, et d'avoir une présence active dans un environnement marqué par une aggravation des risques d'invasion culturelle, et où la culture est devenue l'un des facteurs de puissance des peuples.

Et comme nous nous employons, en permanence et avec persévérance, à stimuler la créativité et l'innovation, nous avons aussi pour constantes et choix essentiels, le renforcement des fondements de notre culture nationale, et en premier lieu, notre religion sublime, l'Islam, et ses nobles valeurs, celles de la modération, de la tolérance, de la solidarité, de l'ouverture et de l'Ijtihad.

Nous avons fait du dialogue des civilisations et des religions un thème central du paysage culturel tunisien, en même temps qu'une orientation constante dans nos relations culturelles avec les autres peuples, tout comme dans notre action sur la scène internationale. Nous avons, également, ouvré, à travers les réformes et initiatives que nous avons entreprises depuis le Changement, à protéger notre religion de toute déformation et à propager ses préceptes sublimes, ainsi que l'esprit de modération et le sens de l'Ijtihad qui la distinguent.

Nous avons réhabilité les maisons de Dieu et les gens du culte, en restant attachés au respect de nos traditions et de nos nobles valeurs, rejetant tous les phénomènes d'excès et de fanatisme, sous toutes leurs formes, y compris les tenues vestimentaires venues de l'étranger, par mimétisme et comme symbole politique d'extrémisme.

Nous avons ouvré, au cours de la période écoulée, à mettre en application notre décision de porter la part du budget alloué à la culture à 1% du budget de l'Etat. Nous avons, également, développé les législations en vigueur pour encourager la production et l'investissement dans les industries culturelles et protéger les droits d'auteur et de l'éditeur. Nous avons également entouré les intellectuels et créateurs d'une plus grande attention, accordant notre intérêt à leurs conditions de travail et à leur couverture sociale.

Durant la période à venir, nous ouvrerons à porter notre culture nationale à de plus hauts niveaux, et porterons une attention plus élevée à la culture numérique, en tant que l'un des volets de la construction de la société du savoir, confortant les nouvelles formes de production culturelle.

Ayant décidé, dans notre Programme, d'augmenter de nouveau les crédits budgétaires de la culture, de la jeunesse et des loisirs, pour qu'ils atteignent 1,5 % du budget de l'Etat en 2009, nous consacrerons 50 % de cette part additionnelle au financement de projets culturels dans les régions.

Nous nous emploierons, en outre, à renforcer la protection du patrimoine et des monuments historiques et à ouvrir de plus larges perspectives devant les industries culturelles, à travers un programme spécial de formation à la création d'entreprises à l'intention des diplômés des écoles d'arts, et l'encouragement de l'investissement extérieur et du partenariat dans les domaines de la production culturelle et du tourisme culturel.

Depuis le Changement, nous nous sommes attachés à consacrer les principes de respect mutuel, de compréhension réciproque, de modération, de coopération et de solidarité, dans nos relations extérieures, aux niveaux tant bilatéral que multilatéral, tout comme à travers la participation de la Tunisie aux travaux des différentes instances et organisations internationales, régionales et onusiennes, en restant attachés à notre souveraineté nationale, à notre appartenance civilisationnelle et aux attributs de l'identité nationale tunisienne, qui est profondément ancrée dans son environnement maghrébin, arabe, islamique, africain et méditerranéen.

Nous sommes résolus à mobiliser les efforts en vue de résoudre les principaux problèmes arabes et, en premier lieu, celui du Moyen-Orient.

Nous sommes également attachés à appuyer tout ce qui peut servir l'action arabe commune, impulser le processus de réforme et de modernisation et faire évoluer la condition féminine dans le monde arabe.

Nous ouvrerons à continuer de renforcer le processus du partenariat avec l'Union Européenne, afin d'accomplir le saut qualitatif souhaité sur la voie de l'intégration dans notre environnement extérieur, de manière à servir les intérêts de la Tunisie et à ouvrir des horizons plus vastes devant nos générations futures.

Nous avons aussi la ferme volonté de consolider notre coopération avec les pays africains frères, au niveau bilatéral, tout autant que dans le cadre de la coopération tripartite et à travers les mécanismes et programmes de l'Union Africaine, et de stimuler notre coopération avec les pays d'Amérique et d'Asie et d'en élargir les perspectives.

Nous poursuivrons nos efforts au service de la paix et de la stabilité dans notre région et dans le monde, et continuerons d'apporter notre soutien aux démarches des Nations Unies dans tous les domaines et notre contribution active au service de la paix et de la coopération avec les diverses instances et organisations économiques et financières mondiales, ainsi qu'au renforcement du rôle des organisations non-gouvernementales au service de l'humanité, dans les différents domaines.

Citoyennes,
Citoyens,

Nous avons consacré la réforme comme choix constant, depuis l'aube du Changement. Nous nous sommes fondés en cela, sur une foi inébranlable en les principes de démocratie et de pluralisme, les libertés et les droits de l'homme, la solidarité, la tolérance, la modération et la notion de juste milieu. Une foi qui prend solidement ses racines dans les attributs de notre identité tunisienne et dans l'expérience historique de notre pays.

Quoique notre pensée réformiste soit authentiquement tunisienne, et à la plate-forme tout à fait cohérente, nous avons aussi tiré profit des expériences des autres et tiré les enseignements des échecs de certaines d'entre elles. Nous nous sommes attachés à notre choix, en chaque étape, et l'avons mis en ouvre à travers toutes nos réformes et dont la dernière en date est la réforme constitutionnelle que nous avons soumise à un référendum qui l'a adopté à l'unanimité comme cadre idoine pour la construction républicaine et du processus démocratique à venir, et comme référence aux valeurs auxquelles nous croyons tous.

Nos initiatives, depuis le Changement, se sont succédé, tant en ce qui concerne la révision de la Constitution que pour ce qui touche à l'amendement du Code électoral et des diverses législations régissant la vie politique, en vue de concrétiser notre choix démocratique et de consacrer le pluralisme au sein de nos institutions constitutionnelles. Nous avons encouragé les partis à participer et les y avons aidés, tout en accordant des subventions à leurs organes de presse et en leur permettant d'avoir des sièges à la Chambre des députés auxquels ils n'auraient pu accéder sans nos initiatives en leur faveur.

Aujourd'hui, nous avançons avec assurance sans nous arrêter; la période à venir sera une nouvelle étape, préparant des étapes ultérieures au cours desquelles nous nous emploierons à consolider les acquis démocratiques et à enrichir nos réalisations, à travers le renforcement de la contribution des partis politiques à la progression du processus pluraliste.

Nous sommes résolus à donner une nouvelle impulsion à la démocratie locale et à renforcer les modes de participation du citoyen à la gestion des affaires de sa région. Nous nous emploierons à favoriser la participation de toutes les organisations nationales aux sessions des conseils régionaux, dans le cadre des pouvoirs que la loi confère aux gouverneurs dans ce domaine.

Nous ouvrerons, également, à travers ce Programme, à étendre les pouvoirs des régions en matière de définition des priorités de développement et de conception des programmes régionaux, tout particulièrement dans les domaines de l'emploi, de la stimulation de l'initiative et de l'accélération du rythme des créations d'entreprises dans les régions.

Nous avons décidé d'instaurer, entre l'Etat et les conseils régionaux, une première génération de contrats de programmes sectoriels, et de confier aux régions des crédits budgétaires, pour qu'elles puissent assumer leurs nouvelles tâches. Nous avons, également, établi un programme spécifique pour l'encouragement des cadres centraux et des hautes compétences à s'installer dans les régions.

Nous poursuivrons notre action en vue d'encourager le pluralisme dans le paysage médiatique, en renforçant davantage la presse des partis, en élargissant les espaces de dialogue, en impulsant l'initiative privée dans le secteur de l'information, et en améliorant les conditions de travail et la situation des journalistes, à la lumière de l'évolution enregistrée par ce secteur.

Nous nous emploierons, également, à réaliser un nouvel essor de la société civile, en impulsant la vie associative et en instaurant des facilités accrues au profit du tissu associatif.

Citoyennes,
Citoyens,

C'est pour la Tunisie de la modernité que nous ouvrons et persévérons. L'échéance du 24 octobre courant, qui marquera la date des élections présidentielle et législatives, nous donnera l'occasion de renouveler notre détermination à continuer à réaliser et à multiplier les acquis, à tous les niveaux politiques, économiques, sociaux et culturels.

Et c'est dans le cadre des principes et valeurs de la république que nous approfondissons l'exercice démocratique, confortons le pluralisme dans les divers volets de l'action politique, consolidons les droits de l'homme, et élargissons l'aire des libertés publiques et individuelles, afin de gagner les paris du siècle nouveau, de relever les défis de la mondialisation et d'enrichir les réussites et les résultats que notre pays a accumulés à tous les niveaux.

Nous renouvelons l'engagement de poursuivre la progression d'un pays émergent et qui avance.

Nous sommes à l'écoute des préoccupations de notre peuple et attentifs à ses aspirations. Notre Programme pour la Tunisie de demain est conçu pour répondre à ses préoccupations et aux besoins de ses diverses catégories. Avec ses 21 points, nous mettons en place un contrat pour l'action et la réalisation, nous préparons pour l'avenir et renouvelons notre engagement envers la Tunisie, pour sa gloire, son invulnérabilité et pour le lendemain meilleur qu'elle édifie pour ses générations futures.

Pour toutes nos filles et tous nos fils,

tous ensemble au service de la Tunisie !

Vive la Tunisie, à jamais digne et invulnérable !

Merci de votre attention.