Le Président Ben Ali recommande d'intensifier les efforts et de persévérer en vue de concrétiser les orientations et les objectifs du programme électoral

13/11/2004-- Le Président Zine El Abidine Ben Ali a présidé la réunion du Conseil des ministres.

A l'ouverture des travaux du Conseil, le Chef de l'Etat a souhaité la bienvenue aux nouveaux membres du Gouvernement, dans sa nouvelle composition, leur exprimant ses voeux de succès dans leur mission, et mettant l'accent sur l'importance que revêt cette période et la nouvelle phase dans laquelle entre le pays, à la lumière des orientations et des objectifs ambitieux que comporte le programme électoral.

Le Président de la République a recommandé, à cet égard, aux membres du Gouvernement d'oeuvrer sans relâche, d'intensifier les efforts et de persévérer, chacun dans le cadre de ses responsabilités, en vue de la concrétisation de ce programme, avec l'efficience requise, afin d'opérer le Changement qualitatif souhaité dans la marche du pays vers le progrès.

Le Conseil a ensuite commencé ses travaux par l'examen du projet de budget de l'Etat pour l'année 2005, projet caractérisé par la focalisation sur les constantes de la politique de développement définies par le Président de la République et par le commencement de
la concrétisation du programme présidentiel pour la période 2004-2009, à travers des actions visant à réaliser un certain nombre d'objectifs quantitatifs et qualitatifs pouvant s'articuler autour des axes suivants :

- garantir la création d'emplois et de sources de revenus pour résorber les demandes additionnelles,

- consacrer le développement global pour toutes les régions du pays, suivant leurs caractéristiques spécifiques et leurs potentialités de production,

- poursuivre les efforts dans le domaine de l'édification de la société du savoir par le renforcement de l'infrastructure des institutions scolaires et universitaires, assurer les meilleures conditions pour étudier et exceller et hisser la recherche scientifique au rang des priorités nationales, ce qui traduit la décision du chef de l'Etat visant a ce que la part du secteur atteigne 1,25 pc du PIB, à la fin de l'année 2009.

- poursuivre avec détermination l'effort visant a renforcer la compétitivité des entreprises et à faciliter leur intégration dans l'environnement mondial et notamment euroméditerranéen,

- veiller, à travers les crédits alloués au ministère de la Culture et de la sauvegarde du patrimoine, à atteindre les objectifs figurant dans le programme présidentiel et consistant à renforcer et à enrichir l'identité culturelle,

Le projet de budget prend également en considération les nécessites de maîtriser les équilibres des finances publiques et de veiller à ce que la hausse excessive des prix des hydrocarbures au
cours de cette année, ainsi que l'augmentation des prix de nombreux autres produits, n'aient pas d'incidences négatives sur ces équilibres.

Le volume du budget de l'Etat pour l'année 2005, en recettes et en dépenses, a été fixé à 12.990 millions de dinars contre 12.730 millions de dinars pour l'année 2004.

Le projet de budget comprend essentiellement, au chapitre des dépenses, l'affectation d'un montant de 4.541 millions de dinars au titre des salaires, de 2.646 millions de dinars au titre des dépenses de développement, des crédits supplémentaires au titre de la compensation des denrées de base, ainsi que des crédits exceptionnels pour compenser les hydrocarbures et l'énergie, et des besoins au titre du service de la dette publique.
Le Président de la République a souligné la nécessité d'assurer le suivi des projets et des programmes et de veiller à leur exécution dans les délais impartis, de manière à contribuer à conforter le rythme du développement, à créer le maximum d'opportunités d'emploi, à mettre en place des projets et à accorder une sollicitude aux entreprises économiques, afin de faire face aux exigences de l'étape actuelle, mettant en même temps l'accent sur la nécessité de prendre toutes les dispositions pour maîtriser les équilibres financiers, à travers la rationalisation des dépenses de gestion, le développement des ressources propres et la réduction de la dette publique.

Le Conseil a, d'autre part, entendu un exposé sur le budget économique pour l'année 2005. l'exposé a fait état de l'importance que revêt l'année à venir qui constitue la première année de
l'exécution du programme électoral qui a tracé les orientations et défini les priorités du schéma de développement dans les différents domaines pour la prochaine période, de manière à contribuer à diversifier davantage la base économique et à consolider la compétitivité de l'économie nationale afin qu'elle puisse s'intégrer dans le circuit économique mondial.

Il s'agit en outre d'impulser davantage l'emploi et l'investissement, la création d'entreprises, la promotion de l'exportation, d'accorder un intérêt particulier à l'économie du savoir et de sauvegarder les équilibres financiers globaux tout en continuant à consacrer la dimension sociale dans la politique de développement du pays.

Le Chef de l'Etat a souligné qu'il assurait un suivi continu des projets qui contribuent à l'amélioration de la qualité et des conditions de vie des citoyens, à la création des sources de revenus ainsi qu'au renforcement de l'infrastructure des divers secteurs et notamment les technologies nouvelles, de manière à sauvegarder le rythme de croissance et à consacrer les objectifs inscrit dans le programme électoral.

Par ailleurs, et dans le cadre du souci constant de renforcer l'indépendance des magistrats et d'assurer les garanties les plus larges pour le déroulement de la carrière des juges afin que la
magistrature puisse remplir sa mission dans les meilleures conditions, au service des justiciables, et afin de consolider l'Etat de droit et des institutions, le Conseil a examiné un projet de loi organique modifiant et complétant la loi de 1967 relative à l'organisation de la magistrature, au Conseil supérieur de la magistrature et au statut des magistrats.

Le projet comprend notamment des dispositions relatives à la révision de la composition du Conseil supérieur de la magistrature, au renforcement du principe de l'élection des représentants des magistrats au sein dudit conseil, à l'institution du principe de la
mutation du juge avec son consentement, afin de garantir la stabilité du magistrat sur le plan professionnel et familial.

Le projet comprend également des dispositions relatives au renforcement de différentes garanties accordées aux magistrats dans le cadre des mesures disciplinaires qui peuvent être prises contre eux.

Le Conseil a également entendu un exposé sur la situation agricole dans lequel ont été passées en revue les mesures relatives à la nouvelle campagne agricole et notamment le démarrage de la campagne des grandes cultures, dans de bonnes conditions et l'état d'avancement de l'approvisionnement en intrants et équipements de production. l'exposé a, d'autre part, fait état des efforts déployés aux niveaux national et maghrébin, pour faire face au fléau des criquets
pèlerins ainsi que de la coopération et de la coordination en cours aux plans régional et international, en vue de réduire les dangers qu'il constitue pour les cultures et les produits agricoles.

En ce qui concerne les préparatifs pour la campagne agricole, le Président de la République a recommandé d'assurer les conditions favorables au démarrage de cette campagne, ainsi que le suivi de son déroulement, en permanence, de manière à garantir le maximum de facteurs de succès aux différentes activités agricoles.

Il a, d'autre part, mis l'accent sur la nécessité de concentrer les efforts sur la lutte contre les criquets et l'exécution des programmes adoptés à cet effet, en coordination avec les différents
partenaires intervenants, de manière à limiter l'invasion de ce fléau et d'assurer une prévention efficace contre ses dangers.